Infolettre #18 Le 23 janvier 2024

Bonjour à toutes et à tous! 

Pourquoi nous avons tissé des liens de solidarité avec des le Comité actions citoyenne - Projet Northvolt.

Par exemple : diffusion de la pétition pour un BAPE, signature d’une lettre d’opinion au Devoir.

Le projet d’usine de batteries Northvolt aborde des enjeux auxquels nous faisons face depuis plusieurs années.

Mentionnons l’absence de transparence par un fonctionnement en silos avec des partenaires publics, privés et d’organismes sans but lucratif qui sont assujettis à des clauses de confidentialité, ce qui exclut tout débat public.

C’est inacceptable qu’on laisse la latitude aux promoteurs privés ou semi-privés qui reçoivent des sommes colossales en fonds publics d’être au-dessus des lois et des règles de bonne gouvernance en matière d’environnement.

Certes, il y a des nuances pour le projet d’agrandissement du port de Contrecoeur (l’Agence d’évaluation d’impact du Canada a tenu des audiences ; une évaluation d’impact a été rendue publique). Cependant, l’approche, en ce qui concerne la mise en œuvre, est similaire : banalisation des impacts environnementaux, stratégies de communication de type relation publique axées sur les bienfaits économiques du projet, sur le respect de l’environnement et de la communauté.

De plus, nous pensons que la compensation ne se résume pas à une question de plantation d’arbres. La participation de scientifiques indépendants aux projets est une condition sine qua non à la mise en œuvre de tout programme de compensation.

Un article du Devoir en date du 23 janvier fait mention d’un allié naturel: le chevalier cuivré.

Babillard


Vigie en action

Voici un témoignage d’une citoyenne de Verchères que nous avons reçu par courriel. Nous le diffusons intégralement (avec son autorisation). Elle s’adresse à la direction du Port de Montréal.


Bonjour, Je suis une citoyenne de Verchères, ville voisine de Contrecœur.Je suis dévastée devant l'ampleur de votre projet portuaire ou dirais-je mortuaire.Vous ne réalisez pas la destruction et l'impact de ce port sur les générations à venir.Pouvons-nous détruire des milieux naturels pour une promesse d'argent ??? Des espèces vivantes, nous mêmes, seront menacés par cette construction massive ; les surfaces de bétons (source de chaleur), la destruction des DERNIERES FORETS des environs, l'émanation toxique de l'essence des camions, l'émanation du pétrole des paquebots dans l'eau du fleuve, notre source d'eau (celle que l'on boit et dans laquelle on ne peut plus se baigner étant trop polluée), l'érosion des berges par leur force de vagues et tout cela pour que l'argent tombe dans les poches de ceux qui le finance.J'ai 26 ans, future enseignante, je trouve ce projet dégueulasse !!!Et je ne suis pas la seule. Le pire, c'est le désespoir que vous créez. Comment empêcher un tel projet de se réaliser ???Je sais que vous allez le faire, et je sais que je vais pleurer en vous regardant couper toutes ces dernières forêts, tous ces animaux morts sur le bord des routes (parce que oui, vous seriez surpris de comprendre qu'il y a énormément d'animaux tués par les camions), ces amas de bétons, de conteneurs, de paquebots, un cauchemard dans la réalité.  Les promesses de planter des arbres, impossible de recréer des forets, des écosystèmes, des promesses en l'air. En tout cas, à part détruire des vies pour l'argent... L'humain n'apprend vraiment pas de ses erreurs.J'espère juste que ceux qui sont en charge de prendre des décisions importantes pour le bien de la planète, soient capable de reconnaitre que ce projet est une erreur monumentale et qu'ils soient capable de changer d'idées. Je le souhaite, maintenant et pour toutes les prochaines générations à venir !Je souhaite que l'humanité apprennent à respecter la nature et à vivre avec elle.Et par pitié, ne faites pas ce projet portuaire  Lysandreet tous ceux qui aiment la nature et veulent la protéger


Le comité de coordination

Andrée Chartier

Laurie-Anne Dansereau

Gilles Dubois

Manon Harvey

David Lesiège